Higurashi No Naku Koro Ni : malédiction, folie, ou complot... ?

"Je t'emmènerai là où les cigales pleurent, tu ne pourras plus revenir sur tes pas". Ces paroles qui font froids dans le dos sont tirées tout droit de l'animé réalisé par Kon Chiaki, réalisatrice de Higurashi, adapté du Visual Novel du même nom, en 2006.

Hinamizawa est un village tranquille de la campagne Japonaise de 1983. Mais cette année-là, au début de l'été, une disparition et un suicide sont suivi par une série de meurtres sanguinaires. Keiichi Maebara, nouvel arrivant du village, va voir une folie ensanglantée son quotidien et celui de ses amies.

Le dessin un peu daté d'Higurashi convient parfaitement à cette ambiance de thriller horrifique dans laquelle l'anime nous plonge. A travers plusieurs arcs, nous suivons Keiichi et ses amies, qui vivent ces mystérieuses tueries. L'anime n'épargne rien : atmosphère oppressante, angoisse, personnages qui tombent dans la folie, meurtres brutaux et même torture.

Si on comprend vite que chaque arc nous fait revivre différemment les mêmes évènements, il faut attendre la saison deux pour avoir un réel éclairage sur ce qu'il se passe à Hinamizawa. La force de l'anime est la façon subtil dont il soulève les énigmes à chaque nouvel arc, les éléments apportés, les changements qui surviennent, ne sont jamais anodins et s'assemblent pour former un puzzle qu'on a hâte de voir une fois achevé.

La violence de cet anime est bien présente bien qu'entrecoupée de scènes légères ; la saison une est indissociable de la saison deux et forme un ensemble où les mystères et leurs réponses coïncident parfaitement. Néanmoins l'ambiance reste perturbante, âmes sensibles, attention.

Higurashi-no-naku-koro-ni-Kh-ng-Naku-Koro-Ni-Anime-L-a-p-Ph-ch.jpg_960x960.jpg

© Studio Deen                                                                     

Layer Hadrien  05/2020