Beastars : Proies et Prédateurs peuvent-ils cohabiter ?

C’est bien connu, l’Hommes est un loup pour l’Homme... C’est la terrible réalité pour les protagonistes de Beastars, adapté en 2019 par Matsumi Shinishi, du manga original du même titre.

 

Dans une société semblable à la notre, où les personnages sont anthropomorphiques, les herbivores et les carnivores cohabitent paisiblement. L’histoire nous entraine dans le quotidien du grand loup gris Legoshi. Pataud et plutôt introvertie, sa vie tranquille de campus universitaire devient mouvementé lorsque le plus tabou des crimes est commis et qu’un de ses camarades herbivore se fait dévorer...

 

Beastars est un animé à la force phénoménale. Par l’intelligence de l’histoire qui est menée de façon à dévoiler petit à petit les côtés sombres d’une société où cohabitent les proies et les prédateurs et aussi par la profondeur de son scénario qui soulève de nombreuses questions, à la manière d’une dystopie.

 

Les personnages ne sont pas en reste, attachants, aux fortes personnalités et aux caractères complexes, on est touché par les questionnements de Legoshi sur sa place et sa relation avec ses amis herbivores. Même si celui-ci peut paraître un peu mou de premiers abords, ce trait du personnage est rapidement rattrapé par ses actions et sa force de conviction. 

 

Un seul bémol, les personnages sont en 3D ce qui rend l’animation un peu lisse et les gestuels parfois trop saccadées.

 

Des interactions émouvantes ; des passages malsains et assez dures au service d’une histoire complète qui sait où elle va ; un anthropomorphisme qui sert à accentuer le propos en amenant de réelles enjeux. Ajouter à cela une superbe bande-son jazzy et un opening aussi entraînant que créatif... Oubliez Zootopia, Beastars sera certainement votre nouvelle référence.     

 

Beastars.jpg

© Orange Studio

Layer Hadrien  12/2021