Occult Gakuin : En 2012, on l'a échappé belle !

En 2012, le monde se préparait à être détruit, et c'est en 2010 que Ito Tomohiko réalisait Occult Gakuin, d'après le concept original du studio A-1 Pictures.

Après la mort du proviseur Kumashiro, sa fille Maya, intègre « l'Académie Occulte » et en devient le nouveau proviseur. Seulement celle-ci déteste l'occulte auquel son père a consacré sa vie et est décidée à détruire l'école qu'il a créé. Mais alors apparaissent d'étranges phénomènes ainsi que Fumiaki Uchida, un garçon littéralement tombé du ciel.

Occult Gakuin nous entraîne dans une histoire de paranormal et de voyage dans le temps, aux côtés d'une protagoniste peu sympathique et de son acolyte « souffre-douleur ». Le caractère des personnages se complexifie et se nuance au grès des épisodes ; la trame de fond et les aventures s'emboitent assez bien, pour donner un ensemble cohérent, soutenu par des personnages qui évoluent dans un mélange mystérieux et dynamique.

Si les traits sont un peu ternes et les visages peu passer sous le filtre « manga », certains apprécieront la touche réaliste de ces derniers, qui rend parfaitement les émotions et les caractères de chacun.

Le suspense est entier jusqu'au bout ce qui rend la résolution inattendue, on regrettera simplement une finale trop rapide et non expliquée, qui donne un sentiment de bâclée. Dommage car le dernier épisode amène un problème imprévus et vraiment intéressant. Mais cela n'empêche pas de se prendre au jeu de la quête de Maya et de Fumiaki.

Occult Gakuin 1.jpg

© A-1 Pictures Studio                                                                                                      

Layer Hadrien  09/2020