Hyouka : Êtes-vous curieux ?

Certainement pas autant que l'héroïne de Hyouka, réalisé par Takemoto Yasuhiro, adapté du roman du même nom, en 2012.

Oreki est un lycéen désinvolte, adepte du moindre effort : « Ce que je n'ai pas besoin de faire, je ne le fais pas. Ce que je dois faire je le fais vite. » Telle est sa devise. Pourtant ce disciple de l'économie d'énergie possède un don de déduction phénoménale et va devoir s'en servir pour satisfaire la curiosité de sa camarade Chitanda, en trouvant l'explication de différents évènements.

Pour commencer, disons-le franchement, Hyouka n'est pas palpitant et les mystères auxquels sont confrontés les personnages sont plutôt quelconques, la plupart d'entre nous n'y aurait même pas prêté attention. Mais les points négatifs s'arrêtent ici.

Car, l'animé est d'abord un bijou visuel. Par des graphismes soignés ainsi qu'une lumière qui relève chaque détail en jouant avec les ombres de façon experte. En ne montrant que des paysages de tous les jours Hyouka est pourtant d'une beauté exemplaire.

Ensuite, l'animé est bien construit, les personnages sont fidèles à leurs caractères sans jamais tomber dans l'excès et sont chacun à leurs manières sympathiques. Mais ce qui fait tout l'intérêt de Hyouka est le pouvoir de déduction d'Oreki. Ses raisonnements sont bluffants et mobilisent toute l'attention du spectateur pour arriver à une conclusion simple alors que l'enchaînement de logique est stupéfiant. Chaque mystère entrainent un parcours de réflexions dont chacune découlent naturellement de la première et qui est jouissif à suivre.

Amateur de déductions bien ficelées n'hésitez pas à découvrir ce nouveau Sherlock Holmes.

hyouka_2134.jpg

© AIC Studio                                                                                                   

Layer Hadrien  01/2021