Nisekoi : Quand les amoureux ne s'aiment pas

C'est un Roméo et une Juliette qui se détestent que nous livre en 2014 Shinbo Akiyuki en réalisant Nisekoi, adapté du manga de Komi Naoshi.

Ichijô est un lycéen banal, si ce n'est qu'il est le fils d'un chef de clan Yakuza ! Essayant de vivre normalement malgré tout, il fait par hasard la rencontre de Chitoge, la fille d'un leader de la mafia américaine. Pour éviter une guerre entre leurs clans, tous les deux vont devoir se mettre en couple... Bien qu'ils ne se supportent pas.

Nisekoi prend le contre-pied des romances interdites : ici Roméo et Juliette ne s'aiment pas du tout ! Un premier bon point pour ce scénario qui tire un humour rafraîchissant de cette situation cocasse. Les quiproquos et le jeu forcé d'amoureux pour sauver les apparences rythment une première saison énergique. L'animation dynamique et les musiques guillerettes se mélangent parfaitement au ton humoristique, rendant certains passages hilarants.

Mais Nisekoi amène progressivement un triangle amoureux avec Kosaki. On découvre que Ichijô transporte un médaillon offert par son amour d'enfance. L'objet de l'anime devient alors de savoir qui est la promise qui possède la clef du médaillon et l'animé maintient un suspens maitrisé par des révélations, de nouveaux personnages et des fausses pistes qui s'enchaînent tout au long de la saison.

Le mauvais point de l'animé est d'avoir abandonné ces enjeux au cours de la saison deux, pour devenir une comédie romantique plutôt basique, où les personnages jouent les amoureux transits qui ne s'avouent pas leurs sentiments...

Mais même cela l'animé le tourne en dérision, sauvant à la fois son humours et son histoire. Au final, Nisekoi est une comédie romantique innovante, drôle et savoureuse.

nisekoi_2948.jpg

© SHAFT Studio                                                                                                                                             

Layer Hadrien  12/2020