Violet Evergarden : Les sentiments par l'écriture

Violet Evergarden est certainement l’un des animés les plus beau qui ai touché ses spectateurs à ce jour. A la fois par ses images magnifiques et par ses histoires émouvantes, mais surtout parce que l’épopée de Violet est l’histoire d’une construction à travers les émotions.

Voici le résumé de l’animé :

Une terrible guerre opposant deux grandes puissances : Leidenschaftreich et l’empire Gardarik vient de se terminée. Les deux nations pansent leurs plaies et essayent de retrouver une stabilité après quatre ans de conflits. Dans ce contexte, Violet, une jeune fille soldat se réveille dans une chambre d’hôpital. Mutilée, la jeune fille ne se préoccupe pourtant que d’une chose : retrouver son supérieur, le major, à qui elle est aveuglément dévouée. Adoptée par la famille Evergarden, Violet refuse la nouvelle vie qui lui ai offerte et décide de devenir « une poupée de souvenir » : une scribe, qui écrit des lettres sur la commande d’autrui, afin de découvrir le sens que recèlent les derniers mots du major, avant sa disparition.

L’animé comme le laisse présumer son résumé, est émouvant et nous entraine dans diverses histoires, où s’entremêlent des sentiments de personnes très différentes. Si Violet aux premiers abords semble être une simple messagère, qui retranscrit et transmet les lettres des autres, on comprend assez vite que l’objet de la série n’est pas de nous raconter différentes petites aventures, mais bien le développement du personnage principale.

De l’automate à l’enfant.

Lors des premiers épisodes, Violet nous apparait comme inadaptée dans ce monde d’après-guerre. Elle ne semble comprendre que les ordres, se présente comme un soldat, parle de manière militaire… En fait, on apprend vite que Violet n'était considérée que comme une arme. Et effectivement, lorsque l’on voit le passé de la jeune fille, celle-ci est une vraie machine à tuer, implacable, sans pitié, sans sentiment. Des attributs qui, avec son visage sans expression et ses bras mécaniques, (car les ayant perdu pendant la guerre Violet est équipée de prothèses mécaniques), la font véritablement passé pour un automate.

© Violet Evergarden, Wlop

Au début de l’animé Violet n’est pas seulement un soldat désœuvré ou un robot sans ordre, plusieurs éléments l’apparentent aussi à la figure d’un enfant : en effet dans l’animé, on verra Violet mordiller ses affaires comme un petit enfant. Mais surtout mordiller les affaires qui ont un lien avec le major, son « tuteur », celui qui la prise sous son commandement et qui a disparu. On peut donc penser que Violet mordille ses affaires pour se rassurer, comme un enfant ou un petit animal. L’attachement presque obsessionnel qu’elle montre pour son major, sans lequel elle semble perdue, fait également penser à une enfant qui a perdu ses parents.

D’autres éléments tendent à la rendre inhumaine. Sa manière de massacrer les ennemis sans ciller mis à part, l’animé met en avant la fait que Violet ne comprend pas les sentiments. A partir du moment où Violet décide de devenir une « poupée de souvenir » ses limites en tant qu’être humaine se révèlent clairement.

Les sentiments écrits

Après avoir été recueillie par Claudia Hodgins, ex-camarade du major, Violet demande à travailler comme employée des postes dans l’entreprise de Claudia. La jeune fille se révèle sur-efficace, car celle-ci réalise ses tâches en les prenant comme des ordres absolus, sans rien faire d’autre, sans prendre de pause, comme un ordre sur un champs de bataille. Mais après avoir rencontré le service des « poupées » chargé d’écrire les lettres de clients, Violet demande à en devenir une. Si cette demande est la première initiative de Violet, sa formation et ses premières lettres retombent dans les limites de l’héroïne.

Car les « poupées » écrivent certes sous la dictée, mais leur travail n’est pas seulement de retranscrire. Il s’agit de tourner les phrases de façon pertinente, de trouver les bons mots, tout en suivant le fil directeur du client. Car les lettres écrites par les « poupées » sont des lettres dans lesquelles les clients ouvrent leurs cœurs. Que se soit pour dire à un proche qu’on l’aime, pour déclarer son amour ou courtiser, répondre avec tact, soutenir un amis… Ces lettres sont chargées des sentiments du client et de la subtilité de la « poupée » qui a su traduire par écrit leurs émotions.

 

Or lors de sa formation, Violet est la plus rapide pour taper sur la machine à écrire, mais lorsque la formatrice lui demande d’écrire une lettre… Violet écrit un rapport. Un rapport succinct, factuel, froid. Dans un autre épisode, une femme vient demander une lettre pour répondre à un homme qui la courtise, elle demande une réponse un peu hautaine pour faire comprendre qu’elle ne sera pas charmée si facilement, qu’elle n’est pas une femme facile. Lorsque Violet écrit la réponse, c’est une catastrophe car elle écrit mot pour mot. Sa lettre est donc hautaine voir cassante. Violet est sans nuance, incapable de comprendre que les mots ont plusieurs sens, que les gens veulent parfois dire autre chose que les mots qu’ils emploient.

© Kyoto Animation

Ici, l’animé nous parle de la sensibilité nécessaire pour écrire. Les mots ne sont pas employés que pour décrire ce qui nous entoure, mais aussi pour exprimer nos sentiments. Un exercice extrêmement difficile consistant à mettre les mots qui sont limités à un sens défini sur des émotions qui parfois ne sont pas évidentes à définir même pour leur auteur. Violet représente cette limite, celle des mots descriptifs qui, employés sans nuance, sans subtilité, uniquement au premier degrés ne sont pas à la hauteur pour exprimer un sentiment, un attachement ou une pensée.

© Kyoto Animation

L’écrit permet de dire ce qu’on ne peut pas dire en face, soit par pudeur, soit parce qu’on ne sait pas comment le dire. Etant coupé des signaux du langage orale, les mots d’une lettre doivent comporter tous le second degrés nécessaire à leur sens. Ce n’est que lentement que la jeune fille va le comprendre.

Humaine finalement

Au fil des épisodes, Violet est confrontée à diverses situations, mais chaque fois, c’est la difficulté d’exprimer ses sentiments et la pudeur qui retient les paroles qui seront au centre de ses aventures. De la princesse fiancée de force qui apprend à connaître son futur époux en échangeant des lettres, au père meurtrie par la mort de sa fille qui ne parvient pas à finir d’écrire sa pièce, en passant par la sœur qui ne sait pas comment dire à son frère mutilé, qu’elle l’aime et qu’elle l’aidera à s’en sortir… Violet, sera de plus en plus plongée dans les sentiments les plus beaux, ceux qu’on ne peut dire que par écrit.

 

Insensible au début, les sentiments qu’elle rencontrera feront de plus en plus écho en elle. D’abord doucement, la jeune fille qui ne pouvait agir que sous un ordre, aura quelques initiatives, comme lorsqu’elle demandera à la princesse pour laquelle elle écrit de rédiger elle-même avec ses propres mots les lettres destinées à son fiancé. Petit à petit, Violet sort de cet état presque robotique de simple exécutante. Dans l’infiniment émouvant épisode 10, Violet rentrera une fois le devoir accomplie et fondra en larme, expliquant pour la première fois qu’elle a dû se retenir de pleurer en face du client.

© Violet Evergarden épisode 10

Dans le milieu de l’animé Claudia dit métaphoriquement : « Tu brûles », ce à quoi Violet répond, terre à terre, qu’elle ne brûle pas. Mais le basculement finale intervient lorsque Violet écrira la lettre d’adieux d’un soldat mourant et l’apportera à sa famille. Les proches en larmes la remercieront d’avoir « ramené leur fils » et cette fois-ci Violet s’effondrera en pleur. En repensant à ce qu’elle a fait et en voyant le mal, la peine et la douleur que peuvent ressentir les autres, Violet réalisera que bien avant ses lettres, c’est elle-même, en tuant des soldats ennemis, qui a dû faire tant de peine aux autres. Alors les mots de Claudia prendront leurs sens, « c’est vrai je brûle » dira la jeune fille qui éprouvera pour la première fois le remord et le poids de sa vie passé. 

Enfin, Violet devient un personnage sensible, qui accepte son changement d’autant plus qu’elle en a pleinement conscience. Elle qui, traitée comme une arme par le frère du major se laissait faire, revendique son humanité en lui tenant tête lorsque celui-ci se moquera d’elle arguant qu’une arme qui écrit des lettres pour les autres est ridicule.  

Finalement

L’histoire de Violet Evergarden est l’histoire d’une construction, d’une jeune fille apparemment sans émotion, qui finira par être touchée par la pluralité et la beauté des émotions de ceux qu’elle rencontrera. Jusqu’à ce qu’elle découvre ses propres sentiments, parvienne à mettre des mots dessus et apprenne à les exprimer. On peut préciser que seul le major la traitait comme une humaine pendant la guerre, car Violet elle-même ne se voyait que comme une arme. C’est troublée par ses derniers mots et par ses sentiments envers lui que la jeune fille entamera ce voyage, qui nous a tant ému. 

© Kyoto Animation

Layer Hadrien  06/2021